mardi 6 mai 2014

Moti a sauvé le jour!

Traduction mot pour mot s'il en est de "Moti saves the day"! :D

J'en avais parlé il y a quelques mois de cet album, comme vous pourrez le constater, mise à part en presse avec "Rouzig", Sophie n'est plus trop présente dans le milieu de l'édition ces dernières années...C'est dommage diront certains, mais je dois avouer que je me suis lassée de ce milieu depuis un moment, de cette bataille incessante contre des moulins à vent pour ainsi dire et pour pas grand chose (surtout dans l'édition française).

Qu'à cela ne tienne, l'année dernière je bravais fièrement ma peur de l'inconnue pour me rendre à Bologne, au salon internationale du livre jeunesse avec mon book sous le bras! Histoire de voir si l'herbe était plus verte ailleurs...Quelques mois plus tard j'en ressortais avec un boulot pour un éditeur américain : "Aurora" (bienvenu à Aurora, Illinois!)
Un projet de série d'albums sur des contes traditionnels du monde entier, dont le premier tome se nommerait "Moti Saves the Day", une histoire de "On n'a toujours besoin d'un plus petit que soi".
Voilà sur quoi je travaillais d'arrache-pied en fin d'année dernière, à l'heure actuelle je ne sais pas si le livre est publié encore, mais je me permets de présenter les illustrations! (ouuuh la rebelle! :D)

Commençons par les recherches de couverture :


Les toutes premières propositions jetées

 Après quelques tergiversations, c'est la première proposition qui a été choisie, mais! Il fallait qu'un éléphant ou au moins un bout apparaisse dans la couverture, vus que c'était une histoire de souris et d'éléphants voyez-vous, donc je l'ai un peu retravaillée :



 Banco pour la 1er version! La voici finalisée à l'acrylique :



(je suis toujours navrée que le scan m'aplatisse toujours bêtement mes acryliques)


Et la conclusion de tout ça me direz-vous? A force de m'abîmer à essayer de convaincre les éditeurs au pays du camembert, ai-je retrouvé la foi dans mon boulot en voyant que je pouvais convaincre des gens (au moins un minimum) à l'étranger? Et bien pas trop non...Pas que je sois quelqu'un de défaitiste, loin s'en faut, mais je commence juste à m'apercevoir que finalement, je commence à m'intéresser à un autre type de vie qu'à passer mon temps à courir après les gens (pour des projets, pour de l'argent, etc.)

Saleté de trentaine va! :D

Après ces considérations existentielles, la suite des illustrations dans peu de temps...


2 commentaires: